Top

DLC, DDM, DLUO ? kesako ?

DLC, DDM, DLUO ? kesako ?

Le réchauffement climatique et tous ses effets directs et indirects, canicule, sécheresse doivent aussi nous pousser à revoir nos façons de consommer et en premier lieu à revoir nos modes de consommation alimentaire !

Pourquoi ? Depuis de très nombreuses années, le sujet revient plus fort  à chaque crise !

Le gaspillage alimentaire est un fléau, une honte pour nos sociétés dites « modernes » , une injustice et une insulte pour ceux qui ne peuvent avoir accès à la nourriture de façon « normale et régulière », 1 personne sur 6 souffre de malnutrition dans le monde.

Toujours plus dans nos assiettes, toujours plus dans nos frigos, on stocke et…on jette !

Des efforts considérables ont heureusement été réalisés, la prise de conscience est là, mais c’est encore insuffisant.

En moyenne, chaque année plus de 1 milliard de tonne de nourriture jetée (10 million de tonne rien qu’en France) , 1/3 des aliments produits sur la planète finissent à la poubelle ! (source France Nature Environnement)

Il y a de la pédagogie à faire, des informations, des bonnes pratiques de consommation et de conservation des produits alimentaires à transmettre, les industriels nous vendent des produits alimentaires sur lesquels se trouvent des dates, qui sait précisément à quoi ces dates correspondent ?

Ces dates font peur, elles incitent à jeter, à racheter et donc à consommer toujours plus…

Lorsque nous réalisons les formations « hygiène alimentaire en restauration commerciale », nous nous rendons compte que parfois, même des futurs professionnels, ne font pas clairement la distinction entre tous ces termes.

Combien de fois avons-nous entendu autour de nous, de la part de nos proches, de nos familles, « la date est passée, je jette, pas envie d’être malade ! » Mais de quelle date parle t-on ?

Petit lexique pour mieux comprendre :

DLC : DATE LIMITE DE CONSOMMATION, on peut trouver son équivalent sur les étiquettes « à consommer jusqu’au… ou avant le… »

La DLC est apposée sur les produits frais et ultra frais, principalement sur des denrées d’animale et d’origine animale ou des produits transformés.

Cette DLC signifie que le fabricant vous indique qu’au-delà de la date indiquée, il ne garantit plus la sécurité sanitaire du produit, sa qualité microbiologique, donc que potentiellement l’aliment pourrait éventuellement vous rendre malade.

Un yaourt dont la DLC est dépassé depuis1 jour, 2 jours, 3 jours est-il réellement dangereux ? La réponse est NON !

En cas de doute, vous le verrez rapidement en ouvrant l’opercule !

Idem pour des tranches de jambon, si l’aspect est normal, la couleur et l’odeur aussi, ne vous inquiétez pas, vous n’allez pas décéder dans le quart d’heure qui suit !

La condition de cette souplesse c’est que le produit doit être conservé à la bonne température, la fameuse chaine du froid !

Vous avez aussi la possibilité de cuire un produit dont la DLC est courte ou atteinte (poulet frais emballé), vous donnerez à ce produit une nouvelle vie de 3 jours maximum, ça vaut le coup, non ?

Que les choses soient claires, nous ne vous incitons pas à consommer des produits en DLC dépassée, mais avec un peu de bon sens, vous saurez vous-même facilement si l produit est consommable ou non !

Lorsque l’on parle de DLC dépassée, là encore, on parle de 1, 2, 3 jours mais de 2 semaines !

DDM : DATE DE DURABILITE MINIMUM, REMPLACE LA DLUO : DATE LIMITE D’UTILISATION OPTIMALE, son équivalent étant « à consommer de préférence avant le… »

La DDM / DLUO est apposée sur des produits secs, épicerie, boissons, épices, biscuits et sur des produits surgelés.

Quel est le message : le fabricant vous garantit que le produit conservera jusqu’à la date indiquée toute ses qualités, couleur, saveur, souplesse… et après ?

Après ? RIEN !  Vous ne risquez rien à consommer des produits en DDM / DLUO dépassée et largement dépassée.

Au goût vous risquez d’être déçu, c’est tout ! Vous ne mourrez pas non plus dans la demi-heure qui suit !

Nous allons même aller plus loin, vous avez acheté des steaks hachés surgelés que vous avez oublié au fond de votre congélateur, la DDM /  DLUO est passée de 1 ans, les steaks sont pas jolis, un peu rabougris, vous pouvez les consommer sans risque, sans doute le régal ne sera pas au rendez-vous mais vous ne risquez rien !

La même condition doit être respectée, la température de congélation, -18°C maximum !

Ne jetez donc pas les produits dont les DDM et DLUO sont dépassées, cela n’a pas de sens, en revanche cela a un coût, pour vous et pour la planète ! À moins que vous œuvriez pour les industriels et grandes surfaces qui se feront un plaisir de vous les revendre, et de plus en plus cher ! Cela ne vous a pas échappé !

QUID DES PROFESSIONNELS, NOTAMMENT LES RESTAURATEURS ?

Concernant les produits en DLC, à ce jour rien ne les autorise à conserver un produit dont la DLC est dépassée, il s’agirait, en cas de contrôle d’une infraction.

L’infraction peut coûter jusqu’à 1500€, et encore il faut qu’il n’ya ait pas de doute sur votre volonté de frauder, sinon on considérera que c’est une négligence et vous vous tirerez à bon compte !

Maintenant il est certain que si vous avez été « négligent » sur 10 poulets, 15 kg de merguez et 5 plaques de jambon tranché, ça risque de moins bien se passer !

Pour les DLUO, en revanche, peut-être qu’un rappel vous sera fait, mais en aucun cas il ne s’agira d’une infraction !

Il existe donc des moyens simples de limiter le gaspillage alimentaire et de faire des économies.

Prenez le temps de lire les étiquettes et de faire le tri, achetez uniquement ce dont vous avez besoin, éviter de stocker et de faire des réserves, pas de pénurie à l’horizon…

Vous avez besoin de conseils, d’aide, d’accompagnement ? Contactez-nous sans tarder 

ArteFAQS vous accompagne pour sécuriser vos pratiques en matière de sécurité alimentaire dans vos établissements de restauration commerciale ou collective (restauration traditionnelle, restauration rapide, collectivités…)

Nous vous proposons la réalisation d‘inspection selon la norme NF V01-015 et la formation obligatoire  spécifiques Hygiène alimentaire en restauration commerciale